Ensemble Scolaire Edmond Michelet - Brive (Corrèze)

Paul Malartre : oser la confiance en la personne

Écouter le son de la conférence... et un entretien en vidéo.

mercredi 9 septembre 2009 par F David - Chef d’établissement


Une demi- journée pour se rappeler les engagements de l’Enseignement Catholique, c’est ce qu’ont vécu grâce à Paul Malartre, les communautés éducatives de Jeanne d’Arc d’Argentat, de Sainte Marie à Tulle, de La Salle, de Bahuet, et d’Edmond Michelet à Brive en présence de Jean-Robert Kohler, Directeur interdiocésain ce mardi 1er septembre à l’école Bossuet.


À l’invitation de l’Ensemble Scolaire Edmond Michelet, Paul Malartre, secrétaire général de l’Enseignement catholique français de 1999 à juillet 2007, a porté témoignage de son expérience. Brossant un historique de l’Enseignement Catholique depuis ses fondateurs et dressant le portrait de l’éducateur chrétien, il a exposé ses convictions et précisé notamment le caractère propre et le projet de cet Enseignement.

Une école catholique associée à l’Etat n’est pas une école privée avec aumônerie

Une école catholique n’est ni une école privée ni un bastion idéologique. En tous cas, elle n’est pas une école privée avec aumônerie mais un lieu qui donne du sens à tous ses projets. Car c’est bien le projet qui est catholique et non pas le recrutement. C’est en cela qu’elle doit être ouverte à tous, par choix pastoral mais aussi par respect de son contrat avec l’État. Depuis la loi Debré de 1959 (Il y a 50 ans) les établissements scolaires catholiques sont associés à l’Etat et participent au service public d’éducation. Ni similaires, ni concurrents, ils apportent à celui-ci leur contribution originale que cette loi Debré elle-même appelle de ses vœux.

Ils revendiquent un caractère propre dont les définitions ont été nombreuses. Paul Malartre en donne une originale.

Pour lui le caractère propre c’est l’art de ne pas séparer :

« C’est croiser l’enseignement, l’éducation et la pastorale : on ne peut pas enseigner sans éduquer, et on ne peut pas éduquer sans proposer des repères. Ces repères se fondent sur un sens chrétien de la personne éclairé par l’Evangile ».

« Transformer les informations en connaissances »

Au moment ou les nouveaux moyens de communications gagnent chaque famille et chaque école, la place de l’enseignant est, ici ou là, remise en cause et le développement de l’individualisme dans la société ajoute une difficulté supplémentaire à un métier déjà compliqué.

« Quand on peut tout trouver sur le net, le rôle d’un enseignant est plus que jamais essentiel » affirme Paul Malartre. Certes les jeunes arrivent avec beaucoup d’informations, mais le rôle de l’enseignant est de transformer ces informations en connaissances et de leur donner du sens. Il faut pour cela éduquer le jugement, stimuler les intelligences.

L’un des objectifs de l’Enseignement Catholique est aussi d’éduquer au respect de l’autre et à l’engagement au service du prochain. Les occasions sont nombreuses de le faire notamment en s’appuyant sur des mouvements de jeunes pour compléter l’apprentissage de la vie en groupe, sur des rassemblements pendant lesquels ces jeunes sont acteurs de leur propre développement. C’est dans cet esprit que s’inscrit le rassemblement « Mêle-toi du bonheur ! » organisé par le diocèse de Tulle durant les vacances de Toussaint 2009.

Faire grandir chaque jeune

Paul Malartre a appelé chaque éducateur à croire en l’inattendu de la personne. Précisant qu’ « un élève ne s’identifie pas seulement à ses résultats scolaires » il a exhorté à la plus grande pondération dans le regard que l’éducateur porte sur lui. Un regard de confiance et de foi dans l’avenir de chaque jeune. Tel est le projet de l’Enseignement Catholique, une école de toutes les intelligences ouverte à tous sans distinction ethnique, religieuse ou sociale. Une école qui a pour but de « permettre à chaque enfant et à chaque adolescent de développer le meilleur de lui-même et en cela de réussir. Il ne s’agit pas d’uniformiser pour que tous les élèves arrivent au même niveau de résultats mais de révéler leurs talents cachés, de faire grandir chacun d’entre eux ». Pour cela les deux maîtres-mots sont : confiance et exigence. « La confiance fait vivre ; l’exigence fait grandir ».

Voir dans chaque élève une personne capable de surprendre et révéler le meilleur de chacun, voilà la mission de l’Enseignement Catholique français rappelée par Paul Malartre. Des paroles qui ont trouvé écho dans le cœur et dans l’âme de chaque éducateur présent cette après-midi de septembre … un moment pour se poser avant d’accueillir les élèves, comme un rappel à ce qu’affirmait Jean-Paul II : « la promotion de la personne humaine est le but de l’Enseignement Catholique ».


Écoutez la conférence en cliquant sur le lecteur ci-dessous

prise de son : Yannic Reiller


Un entretien vidéo avec Paul Malartre est disponible ci-dessous

cliquez sur la flèche dans le cadre ci-dessous et attendez quelques secondes, la vidéo se lance automatiquement.
pour mettre en pause cliquez sur la touche correspondante. Pour reprendre la lecture cliquez sur la même touche pause.

interview : Laurent Richard

Portfolio

001. De gauche à droite M Apelle, Directeur de Bahuet ; M Cellier, Directeur de La Salle ; M Kohler, Directeur interdiocésain ; M Malartre ; Mme Pagégie, Directrice de Sainte Marie à Tulle ; Melle Diot, Directrice de Jeanne d'Arc à Argentat et François David 002. 003. 004. 005. 006. Paul Malartre s'est prêté au jeu des questions réponses avec l'auditoire

Accueil du site | Espace privé | Webmaster | Nous contacter

Site réalisé avec SPIP 1.9.1 + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSEn direct de l’école RSSEvènements   

L'Ensemble Scolaire Edmond Michelet ne saurait être tenu  responsable du contenu des sites extérieurs en lien sur nos pages

AFC