Ensemble Scolaire Edmond Michelet - Brive (Corrèze)

Une icône qui fascine depuis six siècles…

vendredi 15 février 2019 par Laurent Richard

C’est une soirée exceptionnelle autour de « la Sainte Trinité de Roublëv », œuvre majeure de l’art iconographique, qui a eu lieu jeudi 7 février, à Bossuet. Avec la Bénédiction par Monseigneur Francis Bestion, Évêque de Tulle, de l’icône réalisée par Mme Chantal Legay-Gilbert. Puis, avec la conférence donnée par cette Iconographe, Ancienne enseignante de Philosophie du Lycée Bossuet.

« C’est une grande émotion de laisser dans ses murs une icône à laquelle je suis très attachée. Cela me fait grand plaisir, car il y a des liens très profonds avec cette école » commence Chantal Legay Gilbert, poursuivant, « je suis une iconographe lambda, ni historienne, ni théologienne ». Avec grande humilité, l’ancien professeur de Philosophie présente « l’icône de Roublëv, qui est à l’iconographie un peu ce que La Joconde est à la peinture » et a marqué dès sa création, dans les années 1410-1420, jusqu’à maintenant, tant dans le monde orthodoxe, où elle est considérée avant tout comme un objet à valeur liturgique, que dans le monde occidental où elle est vue davantage comme une œuvre d’art.

Depuis sa création cette icône exerce une fascination, « tous la contemplent ! » insiste Mme Legay-Gilbert, ajoutant « je voulais voir si son analyse pouvait me faire avancer, et mieux comprendre ce pouvoir de fascination qu’elle exerçait sur moi depuis l’adolescence ». Une justification à son « entrée » en iconographie, il y a une trentaine d’années au sein de l’atelier les sept dormants de Renata Mons, un apprentissage qu’elle a approfondi durant cinq années à l’Université Russe des Icônes.

Sa recherche a d’abord était tournée vers la Trinité et la question « Est-ce que Roublëv a apporté quelque chose de nouveau en la représentant ? » s’est posée. Pour y répondre un historique s’imposait. La représentation de Dieu est tardive, en effet, elle se heurtait au Second Commandement qui l’interdit par crainte de l’idolâtrie. La plus ancienne est une peinture sur fresque, fin Vème, début VIème siècle, dans un monastère égyptien. Les toutes premières icones vont représenter le Christ, elles sont visibles dans le Sinaï, au monastère Sainte Catherine, puis il y eut La Vierge, Saint Pierre et les Apôtres.


Mme Legay-Gilbert évoque, ensuite, l’histoire de la représentation de la Trinité et ses évolutions à travers les âges. Une histoire complexe due à la difficulté de représenter un Dieu unique en trois personnes.

« L’iconographe n’est pas un artiste, il est au service de l’Eglise, une courroie de transmission entre les théologiens et les fidèles » et le connaitre et sans objet dans la compréhension de l’icône qu’il a réalisée. Il n’en va pas de même pour Andreï Roublëv, moine au Monastère Andronikov à Moscou, qui vécut au XIV-XVème siècles, avec Théophane le Grec, comme maître, et Daniil Tcherny, comme assistant. Ils sont à la base de l’école de Moscou. Cette icône a des liens avec l’hospitalité d’Abraham, thème classique de l’iconographie byzantine, mais Roublëv fut le premier à concentrer l’attention sur les trois anges assis, illustration de l’harmonie trinitaire.


Cette icône est pour cet ancien professeur de philosophie, le moment où Dieu entre dans l’Eternité, où le temps est suspendu par rapport au rachat, à cet Envoi. Pour elle, expliquer Dieu en 3 personnes c’est faire le rapprochement de l’homme avec ses deux faces : son corps et son âme. « Cette icône parle à l’âme, elle est d’une extrême richesse, elle a beaucoup à dire. »

Pour conclure son propos, Madame Legay-Gilbert redit sa joie du choix d’une Trinité pour l’Oratoire de Bossuet parce que « dans un établissement d’enseignement fournir une icône aussi dense c’est fournir une possibilité de travail de réflexion important… Cette icône est chez elle »

Portfolio


Accueil du site | Espace privé | Webmaster | Nous contacter

Site réalisé avec SPIP 1.9.1 + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSConférences-débats "Questions Actuelles"   

L'Ensemble Scolaire Edmond Michelet ne saurait être tenu  responsable du contenu des sites extérieurs en lien sur nos pages

AFC