Ensemble Scolaire Edmond Michelet - Brive (Corrèze)
Vœux de l’Ensemble Scolaire

Rien ne va de soi, rien n’est donné, tout se construit.

jeudi 17 janvier 2019 par C Brousse , F David - Chef d’établissement , Laurent Richard

Ce jeudi 8 janvier avait lieu la cérémonie des vœux de notre Ensemble Scolaire, des vœux de réussite pour chaque jeune, qui invitent à la création de projets pour toujours mieux les accompagner sur leur chemin de croissance.

La Cérémonie des vœux est toujours un moment important de la vie de l’Ensemble Scolaire, une belle occasion pour la Communauté éducative – élèves, enseignants et personnels anciens et actuels, parents, … – de se retrouver et d’inviter ses amis, ceux avec qui elle travaille et les personnalités de la cité et du pays de Brive, pour se souhaiter une bonne et heureuse année. François David, prend la parole, avec, autour de lui, les jeunes élus des Conseils de vie collégienne et lycéenne, pour saluer et remercier les membres de la Communauté éducative et les personnalités présents nombreux, et notamment M. Soulier, Maire de Brive ; M. Patier, son 1er Adjoint et Mme Taurisson, son adjointe en charge de la famille et de l’enseignement, Mme Kasri, représentant le Conseil Régional ; Mme Pittman, Vice-président du Conseil Départemental ; Mme Cayre, Présidente de la CCI, les Chefs d’établissements de La Salle, Mme Pagégie et M. Reix, et de Danton, M. Chazarin… M. David salue et remercie aussi Carole Brousse, la plus jeune enseignante qui va présenter ses vœux, et le beau talent des jeunes voix de la Maîtrise de l’établissement, dirigées par Magali Marquès et Simon Lehuraux.

Arrivée en septembre dernier dans la « famille » de l’école, Carole Brousse remercie pour l’accueil chaleureux, la confiance et l’aide reçus. « Cette nouvelle année, tous les terminales ne l’oublieront jamais, car elle sera, je l’espère pour le plus grand nombre d’entre eux, l’année où ils auront eu leur bac », poursuivant, « elle apportera aussi à chacun d’entre-nous de belles surprises et de nouvelles aventures ». Et concluant ses vœux par une note poétique de Marcelle Delpastre intitulée « Mes amis »… un joli symbole.

Les racines et le présent

Puis, François David présente ses vœux pour cette nouvelle année. Ce sont des vœux de réussite pour chacun des jeunes élèves de l’Ensemble Scolaire. L’ouverture à toutes les intelligences est une constante de l’établissement. « Nous avons revendiqué, depuis plus de trente ans, l’accueil de tous et la mobilisation de beaucoup, pour que notre établissement vive l’inclusion la plus large possible amenant à la réussite de bien des jeunes qui n’y croyaient plus. » rappelle le Chef d’établissement, ajoutant, « cela induit la réussite de chacun des projets qui composent nos offres éducatives ».

Et, en cette année 2019, comme à l’accoutumée dans cet établissement, les projets sont nombreux pour toujours mieux accompagner chacun des jeunes qui lui sont confiés et « ne pas se figer sur ce qu’ils sont mais se fixer sur ce qu’ils ne sont pas encore ». « C’est dans ce regard bienveillant sur chacun que nous voyons l’Evangile » insiste François David.

Brundibar et Irak

À une période où la compréhension du monde est essentielle, de manière toujours plus prégnante pour tous et particulièrement pour les jeunes, l’Histoire reste une clé fondatrice. Ainsi des voyages d’étude vont avoir lieu notamment en Allemagne, sur les pas des résistants déportés ; et à Kédange en Moselle, lieu du terrible accident de train, le 4 septembre 1945, dans lequel au moins 41 jeunes soldats français dont 29 Corréziens périrent. Et, en association avec les Lycées Cabanis et Danton, le projet exceptionnel de spectacle historique « Térezin-Brive : parcours d’enfances juives 39-45 », intégrant l’opéra Brundibar, sera concrétisé et offert au public le 29 mai prochain, à 20h30, Salle culturelle d’Allassac. Ce projet a d’ores et déjà retenu l’attention de la Fondation Culture et Diversité qui l’a sélectionné pour représenter l’Académie de Limoges dans le cadre de son prix national de l’Audace artistique et culturelle, catégorie lycée. L’établissement va aussi continuer à proposer des conférences-débats. Ainsi, avec la Communauté franciscaine de Saint Antoine, les « Questions Actuelles » qui connaissent leur treizième année, vont se poursuivre, avec toujours la même volonté qui a gouverné lors de leur création : inviter à la réflexion, au débat, à l’ouverture à l’autre et au monde. Le 29 janvier à 20h30, Monsieur Abraham Lallo, Diacre et Conseiller municipal de Bartella, dans le nord de l’Irak, témoignera de la situation actuelle des Chrétiens en Irak et de l’aide nécessaire à leur apporter. Une conférence en lien avec Espoir Irak, programme d’aide mené par l’Enseignement catholique français, depuis 2014, auquel la Communauté de l’Ensemble Scolaire s’était alors associée en finançant la construction de deux classes à Erbil, et qu’elle soutient à nouveau, tout au long de cette année.

D’autre projets viendront parfaire « une année 2019 originale et riche, qui regardera avec bonheur l’avenir », une année à l’aulne de la phrase de Gaston Bachelard, « Rien ne va de soi, rien n’est donné, tout se construit. ». « Elle nous invite à l’aube de nouveaux commencements à espérer en l’avenir de chaque jeune et de chaque humain que nous croiserons sur notre route. Elle nous invite à les accueillir tels qu’ils sont avec joie et bienveillance. », a conclu, François David.

Retrouvez ci-dessous les vœux de Carole Brousse, professeur de Sciences Économiques, et de François DAVID, Chef d’établissement.

Vœux de Carole Brousse, professeur de Sciences Économiques

Mesdames et Messieurs, bonsoir à tous.

Je savais que l’exercice serait impressionnant et je le confirme : je suis beaucoup plus à l’aise devant mes élèves que devant vous ce soir ! Malgré cette légère appréhension, je suis très heureuse d’avoir l’honneur d’ouvrir cette cérémonie des vœux et de pouvoir en personne et à chacun d’entre vous, souhaiter tout le meilleur pour cette nouvelle année.

Je suis arrivée en septembre dans l’établissement et je ne connais pas encore tous les noms, ni tous les visages. J’ai néanmoins vite compris qu’en poussant les portes de l’école, je n’allais pas seulement pénétrer dans un lieu de travail. J’allais plutôt intégrer une équipe, oserai-je dire une « famille ». Aussi, je suis particulièrement émue d’avoir été « choisie » pour représenter ce soir cette équipe.

Et je profite donc d’être ici devant vous pour vous remercier pour l’accueil chaleureux que vous m’avez tous réservé. Merci François David de m’avoir offert votre confiance. Merci Philippe Sage pour votre aide précieuse, chaque jour. Merci à Fanny Urtizbéréa pour son accompagnement généreux, pour ses conseils toujours justes. Je profite aussi de tenir le micro pour remercier très chaleureusement mon ange gardien, dont je viens enfin, après une longue enquête, d’apprendre l’identité ! Merci beaucoup Fabienne Benoit pour vos délicates attentions, c’était un plaisir renouvelé que d’ouvrir chaque jour mon casier et de me rapprocher en douceur et en gourmandises des festivités de Noël !

2019 sera l’année d’entrée en vigueur d’une grande réforme au lycée. Cette nouvelle année, tous les terminales ne l’oublieront jamais, car elle sera, je l’espère pour le plus grand nombre d’entre eux, l’année où ils auront eu leur baccalauréat. Elle apportera aussi à chacun d’entre nous son lot de belles surprises et de nouvelles aventures. J’aimerai nous prédire à toutes et à tous des mois à venir merveilleux, mais je n’ai pas ce pouvoir. Je vais donc me référer à quelques proverbes corréziens, que j’ai trouvés dans un recueil écrit par une poétesse que vous connaissez peut être, et dont j’ai l’honneur d’être une lointaine cousine, il s’agit de Marcelle Delpastre. Dans la rubrique cataloguant les dictons propres au calendrier, voici quelques proverbes prédictifs :

« Bon hiver, bon été » ; « Année de cerises, année de maladies », « Année de prunes, années de crèves », « Année de noisettes, année de filles » ; « Il ne faut pas craindre l’année bissextile, mais celle qui la suit ». Attention donc à 2021, car 2020 sera une année bissextile.

Et pour finir en poésie, et pour vous renouveler tous mes vœux pour cette nouvelle année, je vous lis quelques mots d’un poème de Marcelle Delpastre, qu’elle a intitulé « Mes amis » et qui a été publié dans un recueil intitulé « Les disparates ».

Mesdames et Messieurs, meilleurs vœux pour 2019, et bonne soirée à tous ! Merci !

Mes amis


Ils ont
pour maîtresse une image
qui chante
les nuits de printemps.
Ils ont
les yeux sereins des sages
qui tiennent
les rênes du temps.


Ils sont
la vie, la joie, l’amour, le rêve.
Ils sont
les voyageurs de l’inconnu.
Ils sont
les paysans cherchant la sève.
Ils sont
les retrouvés et les perdus.


Ils sont
tous mes amis de par le monde,
Ils sont
les hors-la-loi et les élus.
Ils sont
les inventeurs de Trébizonde.
Ils sont
dessinateurs de femmes nues.


Ils ont
pour langue-mère la musique.
Ils ont,
pour seules armes, un roseau.
Ils ont
suivi le fleuve fantastique.
Ils ont − ils ont souffert à pleine peau.


Ils ont
tous les pouvoirs, toutes les gloires.
Ils sont
les adieux et le souvenir.
Ils sont
les échappés de la mémoire.
Ils sont
le désespoir et l’avenir.


Je veux
poser sur leur visage
une couronne de bonheur.
Je veux
leur donner voisinage
dans les
arcanes de mon coeur.

Marcelle Delpastre

Poème publié dans le recueil intitulé Les disparates, paru aux Editions Lo Chamin de Sent Jaume.

Vœux de François David, chef d’établissement


Présenter des vœux en 2019 ce n’est, sans doute pas, une originalité, mais, dans un monde où la violence et la haine semblent gagner chaque jour un peu plus, cela peut paraitre comme un moment bisounours improbable mais bien agréable.

Depuis 1992, nous avons rassemblé la petite mais si belle famille Notre Dame - Jeanne d’Arc puis à partir de 2001, la plus grande famille Dame - Jeanne d’Arc - Bossuet, puis Edmond Michelet, pour vivre un temps fort et amical dont les vœux n’étaient finalement qu’un prétexte. Votre présence prouve que nous ne nous étions pas trompés, et que présenter des vœux de santé et de bonheur pour chacune et chacun de vous, pour chacune et chacun des membres de notre communauté éducative actuelle et passée (et vous me permettrez d’avoir une pensée pour celles et ceux de nos anciens, de nos actuels membres qui vivent une situation difficile et qui auraient souhaité être parmi nous) n’est finalement qu’une forme de bonne éducation.

Alors soyez les bienvenus, chacune et chacun, qui nous faites le plaisir et l’honneur d’avoir pris du temps pour venir partager ce moment d’amitié et de joie simple.

Permettez-moi d’exprimer ma gratitude à celles et ceux qui, à mes côtés, font vivre cette cérémonie, vous chère Carole Brousse, vous chers jeunes de la maitrise et vous leurs dynamiques chefs de chœur. Vous savez combien je suis heureux qu’au sortir de l’adversité, vous ayez su le prendre en charge dans des conditions difficiles et le faire vivre au quotidien avec un tel talent et un tel dévouement que vous avez atteint, avec ces jeunes si brillants et sympathiques, un niveau magnifique et reconnu et qui, je l’espère, ne s’arrêtera pas en si bon chemin.

Ma formation historique m’a fait découvrir en René Rémond un grand historien et, je l’ai déjà dit, un maître. J’ai fait mienne sa méthode d’analyse des évènements grands et plus modestes pour notre institution aussi. Et souvent je vous ai invité à regarder les prémices, mieux comprendre, année après année, l’évolution et faire les bons choix pour l’avenir.

Une de mes lectures de ce temps de fêtes (j’étais dans la préparation de notre projet Brundibar qui va voir notre Maîtrise reprendre un opéra joué dans le camp de concentration de Terezin et dont je salue les amis co-organisateurs) fut le livre de Marc Bloch, « l’étrange défaite » où l’historien analyse l’implosion de l’armée et des élites en 1940. Le fondateur des annales, arrêté, torturé, puis exécuté par la Gestapo le 16 juin 1944. Marc Bloch nous invite à expliquer les faits par leur contexte. Permettez-moi de le plagier quand il dit que les humains sont davantage les enfants de leurs temps que celui de leurs parents et que, du coup, il faut peut-être chercher les compréhensions des faits dans leur contexte plutôt, peut être, que dans leurs prémices.

Ces deux logiques me semblent bien pertinentes pour l’année qui vient de s’ouvrir et qui pourrait, dans notre maison, être la synthèse de ces deux écoles historiques.

Des vœux de réussite pour chacun de nos jeunes. Cela induit la réussite de chacun des projets qui composent nos offres éducatives. Nous sommes allés loin dans l’ouverture à toutes les intelligences et cela est bien connu. Nous avons revendiqué, depuis plus de trente ans, l’accueil de tous et la mobilisation de beaucoup pour que notre établissement vive l’inclusion la plus large possible, celle qui conduit à la réussite des jeunes n’y croyant plus. C’est sans doute là que nous situons la fidélité à l’Évangile, qui nous invite à ne pas nous arrêter à ce qu’est un jeune mais à espérer en ce qu’il n’est pas encore. Ce combat a pris du temps, mais, en ce domaine comme dans beaucoup d’autres : « rien ne va de soi, rien n’est donné. Tout se construit » chaque jour, chaque heure de classe, au cœur de chaque projet .

Des vœux de sérénité dans l’avenir, précisément en ne nous retournant pas seulement sur les prémices, mais en étant en capacité d’analyser le contexte actuel pour aller plus loin sans être prisonnier d’un passé parfois idéalisé. Je vous ai souvent donné ma définition de la tradition. Elle n’est pas de refaire ce que d’autres ont faits, mais de retrouver l’esprit avec lequel ils ont pu faire en leur temps des choses, et qui leur en fait réaliser d’autres dans un contexte nouveau et donc porteur d’Espérance. Je nous invite à vivre cette définition, chaque jour, chaque heure, au cœur de chaque projet.

Cette synthèse entre prémices et contexte, nous la vivons dans le projet BRUNDIBAR. Le souci de ne pas oublier nos racines qui nous rappellent que nos établissements, Edmond Michelet et Cabanis ont accueilli des jeunes juifs mais aussi ici des professeurs fuyant un régime odieux (nos collègues de Cabanis commémoreront les arrestations au cœur même de leur établissement). Mais en même temps, c’est le souci d’aller plus loin que les clivages, pour témoigner que c’est bien l’ouverture vers l’autre (je pense à nos amis des deux lycées publics) et les leçons du passé pour aujourd’hui et peut-être demain qui donne sens à un projet éducatif et a fortiori un projet éducatif chrétien. Et quelle joie d’apprendre que ce projet a été retenu dans le cadre du prestigieux Prix de l’audace artistique et culturelle.

C’est bien cet esprit qui nous anime dans notre soutien aux Chrétiens d’Irak, dont nous recevrons dans quelques semaines Abraham Lalo qui se bat au quotidien là-bas. Nous aurions pu nous dire que nous avions beaucoup fait, il y a 4 ans, mais parce qu’on ne vit pas en dehors des réalités, il s’agit d’aider un peu à l’aujourd’hui du quotidien des jeunes irakiens.

«  Pour eux aussi, rien ne va de soi, rien n’est donné tout se construit.  »

C’est bien dans cet esprit que nous allons tenter de rendre hommage aux nouveaux béatifiés, les Moines de Tibhirine dont la promotion des premières porte le nom.

C’est bien dans cet esprit que nous allons nous mobiliser plus encore dans la mise en place de la réforme du Bac, c’est bien dans cet esprit que nous continuerons et continuerons encore à accueillir les élèves tels qu’ils sont pour les conduire là où ils désirent au plus profond d’eux même aller.

Et d’autres projets seront annoncés en leur temps.
Alors nous serons heureux de vivre une année 2019 originale et riche qui, plutôt que de nous retourner vers un passé aussi riche soit-il et qui reste un riche terreau que vous avez si bien travaillé, regardera avec bonheur l’avenir.

Vous avez été nombreux à réagir à la phrase de Gaston Bachelard qui accompagnait notre carte de vœux, il m’a semblé qu’elle pouvait rythmer ce propos. Elle nous invite au travail quotidien sérieux et approfondi, même s’il est parfois aride. Elle nous invite à l’aube de nouveaux commencements d’espérer en l’avenir de chaque jeune et de chaque humain que nous croiserons sur notre route. Elle nous invite à les accueillir tels qu’ils sont avec joie et bienveillance et la saison de la moisson venue nous dirons toujours avec le même Charles Péguy chez qui Edmond Michelet est allé puiser l’appel au refus de la désespérance, affirmant que celui qui ne se rend pas face l’adversité a raison.

«  Heureux les épis murs et les blés moissonnés.  »

Pour conclure ces derniers vœux, je voudrais partager le beau poème reçu d’un ancien élève, de vous Nelly et Louis qui témoignez d’un attachement à cette maison dont vous fûtes, vous Louis, ancien élève et brillant conférencier, vous dont la vie professionnelle dans le monde de la conquête de l’espace est une invitation à l’Espérance que tout jeune ressent quand arrive le moment de se lancer dans la vie avec je l’espère la volonté de changer le monde et d’aller aux delà de l’horizon, des horizons.

Vous nous rappeler qu’il y a 50 ans l’homme posait le pied sur la lune. Rien n’allait de soi, rien n’était donné, tout s’était construit. C’était pourtant un rêve.


« Depuis cette aventure cinquante ans ont passé
Le nombre d’habitants a doublé sur la terre
Et rien n’a été fait pour changer nos manières
Et freiner notre soif consommer, amasser.
Alors, mes amis osent aller plus loin …
Pour éviter sur terre de nouveaux déluges
Osons franchir l’espace, osons dépasser nos prés carrés. »

C’est ce que je vous souhaite à chacune et à chacun car c’est ainsi, chaque jour, modestement mais avec un objectif porteur de sens et pour nous du Sens, que nous pourrons , sans que rien n’aille de soi, sans que rien ne soit donné, construire ce chemin d’humanité qui nous fait de nous des Clous de girofles dans un monde en perpétuel changements et donc éducateurs passionnés d’Espérance et qui dans la durée, comme les pierres de nos maisons nous y invite, tout se construira.

Portfolio

001. Les Petits Chanteurs de la Maîtrise Edmond Michelet, sous la direction de Magali Marquès et Simon Lehuraux. 002. 003. Les Petits Chanteurs de la Maîtrise Edmond Michelet, sous la direction de Magali Marquès et Simon Lehuraux. 004. François David, Chef d'établissement de notre Ensemble Scolaire, entouré d'élus des Conseils de Vie Collégienne et Lycéenne 005. 006. 007. Vœux de Carole Brousse, professeur de Sciences Économiques 008. 009. 010. 011. Les Petits Chanteurs de la Maîtrise Edmond Michelet, sous la direction de Magali Marquès et Simon Lehuraux. 012. 013. Vente au profit d'Espoir Irak de stylos 4 couleurs 014. Les jeunes collégiens se mobilisent au profit d'Espoir Irak 015. La cérémonie s'est poursuivie par la traditionnelle galette des rois 016. 017.

Accueil du site | Espace privé | Webmaster | Nous contacter

Site réalisé avec SPIP 1.9.1 + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSEn direct de l’école RSSEvènements   

L'Ensemble Scolaire Edmond Michelet ne saurait être tenu  responsable du contenu des sites extérieurs en lien sur nos pages

AFC