Ensemble Scolaire Edmond Michelet - Brive (Corrèze)

Cérémonie des Vœux 2018

lundi 8 janvier 2018 par Laurent Richard , MP Francoual

Ce lundi 8 janvier 2018, toute la communauté éducative de notre Ensemble Scolaire s’est rassemblée, Espace Père Ceyrac à Bossuet, pour la traditionnelle cérémonie des vœux ; rencontre où elle invite ses amis - ceux avec qui elle travaille et les personnalités de la cité et du pays de Brive - pour se souhaiter une bonne et heureuse année.

Après le vernissage de l’exposition "l’Église dans le bas Limousin au Moyen-Âge", les Petits Chanteurs de la Pré Maîtrise et de la Maîtrise de l’Ensemble Scolaire, ont ouvert la cérémonie tout en musique, puis la plus jeune enseignante, Tatiana Canon, professeur d’Espagnol, a présenté ses vœux à l’auditoire, avant que François David, Chef d’établissement, fasse de même.

Un cérémonie conclue par les notes de violon offertes par deux de nos brillants musiciens et par le partage de la galette et le verre de l’Amitié, pour poursuivre un peu plus encore ces échanges de début d’année.

Nous vous souhaitons à chacune et à chacun une belle et heureuse année !

Retrouvez ci-dessous les vœux de Tatiana CAÑÓN HERNÁNDEZ, professeur d’Espagnol, et de François DAVID, Chef d’établissement.

Voeux de Tatiana CAÑÓN HERNÁNDEZ, professeur d’Espagnol

Mesdames, Messieurs,

Bonsoir à tous, (Buenas noches a todos)

Permettez-moi de me réjouir à l’idée de vous souhaiter la nouvelle année 2018. Quelle joie de se retrouver tous ensemble aujourd’hui. Quelle magnifique occasion de se dire des choses gentilles. C’est en effet pour moi aussi l’occasion de remercier M. DAVID Chef d’établissement de m’avoir choisi pour vous souhaiter de vive voix la bonne année et aussi de m’avoir donné l’opportunité d’être professeur d’espagnol dans cette merveilleuse institution.

Cette cérémonie des vœux est non seulement un moment agréable mais c’est aussi un moment important de la vie des français, je découvre que c’est une cérémonie traditionnelle où très sincèrement je vous dis : « Bonne année à vous, à vos proches et à tous ceux qui vous sont chers. Que cette année 2018 vous voit tous en bonne santé, que ce soit une année de bonheur et de réussite personnelle et professionnelle ».

En prononçant ces vœux je ne peux pas m’empêcher de penser aux mots « nouvelle année ». Enfant d’un pays étranger, la Colombie, et d’une culture étrangère hispanophone mais très proche de la culture française, ces mots évoquent pour moi une nouvelle vie puisque cette année qui vient de finir et celle qui commence m’ont donné l’opportunité de vivre dans une nouvelle culture qui est déjà dans mon cœur, la vôtre. Je suis arrivée en France en septembre 2016 et je vous dis que la France a vraiment un atout pour attirer les étrangers et c’est la richesse culturelle, historique et artistique, un système éducatif qui pense à tous, (c’est pourquoi je souhaitais venir faire mes études supérieures et continuer ma vie professionnelle) et les beaux mots romantiques comme « je t’aime ; chérie ou amour ».

En effet, me retrouver parmi vous aujourd’hui c’est comme me retrouver dans une nouvelle famille avec des nouveaux collèges, des nouveaux amis, des nouveaux élèves, un nouveau directeur (en tout cas pour moi), une nouvelle institution, des nouvelles connaissances, des nouvelles images, des endroits que je découvre tous les jours en Corrèze et des nouvelles odeurs telles que la chocolaterie et pâtisserie de mon compagnon tous les matins, parmi d’autres nouveautés.

Je plonge avec délectation dans cette nouvelle famille, je sais qu’en venant faire partie de ce groupe je vais rire, je vais m’amuser, je vais avoir peur, je vais avoir des moments encourageants et difficiles, mais j’aurai toujours l’envie de me projeter et de continuer dans cette institution catholique, dynamique, moderne, d’ouverture sur d’autres pays, d’autres cultures et sur le Monde en général. Je trouve un environnement où les valeurs telles que la tolérance, le respect, l’entraide, les résolutions et les engagements de l’enseignement catholique ont leur place, c’est une institution où l’on se sent vraiment bien et je suis ravie d’en faire partie.

Une nouvelle année pour faire des projets ensemble sans oublier le présent, comme nous disons en Espagne et en Amérique latine : « Profitez du temps présent, des plaisirs de la vie, de vos proches et de vos amis  », «  Le plus important c’est de vivre le présent ». Pour tout cela, pour avoir le plaisir de vous retrouver dans mon présent, je vous adresse tous mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2018, vœux de bonheur et de santé (Deseos de felicidad y de buena salud). Que cette année voit pour nous tous se réaliser tous nos souhaits et ceux des personnes qui nous sont chères et sachez que ces vœux je vous les adresse du plus profond de mon cœur.

Je souhaite vraiment que chacun d’entre vous puisse réaliser, ou se rapprocher de ses rêves les plus beaux et qui lui tiennent le plus à cœur. Je souhaite à chacun d’entre vous prospérité, atteinte de ses objectifs et de se rapprocher de sa réalisation personnelle. J’espère également qu’amour, amitié et santé vous accompagneront tout au long de cette année 2018.

Mesdames et Messieurs encore merci de m’accueillir parmi vous. Je vous souhaite de passer une bonne soirée.

FELIZ Y PROSPERO AÑO NUEVO DESEO DE TODO CORAZON PARA TODOS.

Vœux de François David, chef d’établissement

Ce n’est pas sans émotion après avoir entendu nos jeunes et les propos de Madame CAÑÓN HERNÁNDEZ que je m’adresse une nouvelle fois à vous.

Ce n’est pas sans reconnaissance que je vous vois si nombreux ce soir, pour ce moment d’amitié alors que tant d’occupations vous attendent.

Ce n’est pas sans Espérance et j’ose le dire avec cette espérance Chrétienne qui reste notre passion que je forme pour vous, vos familles et tous ceux qui vous sont chers, nos vœux les meilleurs pour cette nouvelle année.

Je me dois aussi de former des vœux pour notre établissement qui va vivre une année importante en 2018 et pour lequel je serais heureux ce soir de mettre en exergue quatre axes pédagogiques, professionnels mais pas seulement…car comme l’affirmait le Cardinal Gabriel Marie Garonne qui fut le Préfet de la congrégation pour l’éducation : une école catholique c’est d’abord une école.
Et une école c’est une équipe d’éducateurs, et ici tout adulte quelle que soit la mission l’est par essence. C’est une équipe de direction, de collaborateurs de qualité qui s’efforcent de me faciliter la tâche et de me conseiller dans l’analyse et les solutions à apporter aux problématiques quotidiennes, parfois complexes et parfois compliquées mais aussi souvent porteuses d’Espérance.
Un de mes amis Évêques à l’humour incontournable, disait ceci de ses collaborateurs.
« J’ai bien conscience d’attendre beaucoup d’eux. A certains moments, ils me soutiennent, à d’autres, ils me supportent. Je ne suis jamais aussi sympathique à leurs yeux que lorsque je suis absent pour d’autres missions ».
Je ne sais ce qu’ils pensent, peut-être comme ceux de mon ami, mais je sais ce que je pense, moi, de leur place dans la marche de notre maison et de la profondeur de leur engagement.

Premier axe : Une école qui ne sépare pas les acquis fondamentaux et la créativité innovante.

Comme beaucoup j’observe que nous allons de nouveau, non pas entrer dans une période de changement mais continuer à vivre avec le changement obligatoire quand un nouveau ministre arrive. Cela n’est pas forcément étonnant quand on travaille avec des jeunes dont les générations se succèdent de manière toujours plus accélérée et qui vivent trop souvent dans l’urgence. C’est une réalité, nous devrons encore cette année vivre dans le changement de méthodes, d’outils avec pour nous une utilisation toujours plus approfondie du digital, avec des réformes importantes et qui vont bouleverser une nouvelle fois des habitudes. Ce qui est bien plus difficile à maîtriser. Nous nous mettrons, comme nous le faisons depuis toujours, au travail pour ces réformes à venir.

Je formule le vœu que nos équipes continuent à partager la conviction que tout édifice doit reposer sur des fondamentaux solides. Sans bases, pas de fondations et donc pas de constructions possibles.
Mais avec eux alors, toute créativité peut naître dans un terreau travaillé, bien travaillé, profondément travaillé puisque travaillé en équipe et portera forcément de beaux fruits. Et nous le savons bien le programme collectif est plus important que celui qui en est à l’origine. _ La logique collaborative que nous voulons continuer à mettre en œuvre dans notre maison est non seulement actuelle mais aussi porteuse d’avenir parce que celui-ci passe par le partage des talents, quelles que soient les missions que chacun a accepté de mener à bien.

Oui, je peux l’affirmer par expérience, les fondamentaux sans innovation peuvent être stériles et amener au repli sur soi et à la peur de la nouveauté ; mais l’innovation sans fondamentaux nous renverrait inexorablement vers la démarche de Perrette, et adieu veaux, vaches, cochons, couvées.

Je crois que c’est dans cet équilibre que nos projets trouvent leur dimension et leur réussite.

Second axe : Une école qui ne sépare pas éducation enseignement et culture.

Dans les lettres reçues suite à l’envoi de notre livre de l’année, plusieurs personnes nous parlent des conférences et autres activités culturelles, littéraires, artistiques ou scientifiques vécues dans l’établissement. Ce choix longuement réfléchi, a été expérimenté et a été compris, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’établissement.

Il a pour ambition de proposer à chaque jeune de la 3ème à la terminale, un cycle de conférences adaptées à leur âge et qui ont leur faire découvrir progressivement mais régulièrement le monde de la culture, en plus de tous les programmes officiels.

Ces rencontres, s’étalent tout au long des semaines et des mois. Ils peuvent être groupés au sein d’une semaine où un thème est mis en exergue. Cette année encore, ce sera le cas.

La semaine Bouyssonie fera découvrir deux éminents professeurs de cette maison qui ont atteint une réputation mondiale et qui sont au cœur du débat Foi Science. Les élèves de 3ème y retrouveront leurs parrains de seconde. C’est, en effet, tous les élèves du cycle de l’adolescence - que nous avons porté sur les fonds baptismaux cette année - qui vivront cette semaine.

Nous avons, l’an passé, initié une première semaine de l’entreprise. Son succès et la passion de celles et ceux qui l’ont organisée, m’ont fait céder à leur demande de renouveler l’opération cette année. Les élèves en seront les acteurs ; les lycéens et ceux de la mini entreprise, les enseignants dont on dit top souvent qu’ils sont déconnectés du monde des entrepreneurs, vont relever ce défi.

Je peux vous annoncer aussi que ces lieux accueilleront deux temps forts du 7ème centenaire du Diocèse le 8 février, avec une soirée où des professeurs feront revivre des grandes personnalités chrétiennes des XIXème et XXème siècles, et un grand colloque, début avril.

A cela viendront s’ajouter quatre soirées animées par des personnalités importantes.
A l’invitation de nos frères franciscains avec lesquels nous avons créé le cycle des Questions Actuelles, nous recevrons le 9 Mars, le Frère Sébastien Milowitch qui exerce son ministère à Jérusalem. À l’issue d’une journée de rencontres avec les jeunes de notre maison, de prières avec les chrétiens qui le souhaiteront, de partage au cours d’un bol de riz, Il nous parlera des problématiques de la ville Sainte, remis au cœur de l’actualité, il y a quelques semaines.

Le 13 Juin , jour de la fête de Saint Antoine, nous accueillerons avec nos frères de la Colline, Jérôme Cordelier, directeur adjoint de la rédaction du Point qui viendra nous parler de l’actualité de trois ordres religieux – Dominicain, Franciscain et Jésuite - qui depuis 800 ans irriguent le monde de l’intuition de leurs fondateurs.

Je vous demande de noter une soirée exceptionnelle le 20 mars. Je ne peux vous en parler ce soir, ce sont des élèves acteurs d’un projet de notre maison qui le feront très bientôt. Surveillez vos ordinateurs dans les semaines à venir et vous verrez que je ne vous ai pas trompés.

Et parce que le sport est pour nous aussi partie intégrante de l’homme complet et doit donc avoir une place essentielle dans la vie de la société et des jeunes ; parce que notre pays va accueillir en 2024 les Jeux Olympiques, nous recevrons le 5 juin - pour une journée auprès des jeunes et une soirée pour la cité - Frédéric Delpy président du comité paralympique français et qui aura la charge de préparer ces jeux de 2024 pour celles et ceux que la vie a fait différents. Nous aurons avec lui une magnifique occasion de réfléchir sur le handicap mais aussi sur le sport de haut niveau.

Troisième axe : Une école qui ne sépare pas la remise en état de locaux anciens et qui investit dans l’avenir.

Depuis 18 ans, nous avons dans un premier temps assumé puis commencé en rénovant modestement, puis la croissance des effectifs le demandant en construisant. Nous avons entendu que les gymnases de la cité étaient très occupés jusqu’à saturation, alors nous avons choisi de prendre le risque économique raisonné de nous lancer dans une nouvelle construction.
Alors, je vous donne rendez-vous cet été pour que vous découvriez les nouvelles conditions de travail et d’étude de nos jeunes. Vous comprendrez que déjà je dise ma gratitude à Henri Leprêtre, Gérard Labonne, Didier Vaurette, à notre architecte J P Dhalluin qui se donnent, depuis si longtemps, tellement de mal. A travers eux, ce sont toutes les personnes bénévoles de l’établissement, OGEC, APEL, ANCIENS... qui sont autant de richesses rassemblées.

Quatrième axe : Une école qui fait tout cela parce qu’elle a au cœur une certaine idée de l’homme et de Jésus Christ Fils de Dieu.

Je formule le vœu que les richesses qui se vivent dans toutes les formes d’engagement de nos jeunes et des adultes qui les accompagnent, malgré les tâtonnements inévitables, malgré mêmes les erreurs inhérentes à tout engagement et peut-être même à cause d’elles, fassent grandir et espérer l’humanité dans leurs vies et qu’ils ne soient jamais des jeunes endettés de sens, du Sens.
Nous sommes, ou nous essayons d’être, une école qui sert la foi catholique et l’Église. Nous faisons de notre mieux pour cela.
Je forme le vœu que notre action témoigne que nous sommes à travers ces engagements si divers, au contact et au service aussi des femmes et des hommes, nos frères humains dont nous croisons et partageons les joies et les peines, les attentes et les espérances, les difficultés et les combats petits en grands.
Je sais que cette année encore nous ferons route avec eux, leur tendant nos mains ou saisissant les leurs sans leur demander d’où ils viennent, à quelle catégorie sociale ils appartiennent, sans même leur demander à qui ils ont donné leur foi et comment ils la vivent à moins qu’ils nous le partagent ou que leur pratique vienne entrechoquer notre projet. Je souhaite que nous continuions à leur dire, au long des jours et des évènements, qui est Celui qui anime notre propre engagement et combien il donne sens à nos choix.

Je forme le vœu que nos différences n’empêchent pas les débats, mieux qu’elle les nourrissent, que les incompréhensions et même les oppositions soient occasions de confrontations vécues avec grande honnêteté et grande intelligence, loin du mortifère repli sur soi et du refus du dialogue.
Lorsqu’il faut accompagner la construction de l’intelligence d’un humain a fortiori jeune, lorsqu’il faut parler à toutes les formes possible de talents, lorsqu’il faut faire grandir l’intelligence du cœur, alors, n’hésitons jamais à en venir aux mots. C’est la meilleure et intelligente façon de ne pas en venir aux mains. C’est bien cela que nous tentons de témoigner ici sans toujours y parvenir nous le savons bien. Ce ne sont pas les catéchistes et l’équipe pastorale, ni les enseignants dans leur ensemble que je veux si chaleureusement remercier qui me démentiront.

Alors nous formerons des femmes et des hommes vivants dont Saint Irénée affirmait qu’ils étaient la gloire de Dieu et qui, je l’espère, auront compris le pourquoi de notre éducation.

Et je serais fier si un élève, un éducateur ou un parent, parce qu’il aura été interpellé par un projet éducatif chrétien ou qui essaye de l’être, saura au moment des grands choix de sa vie qu’il existe un chemin de liberté et de confiance a priori, un chemin qui invite à ne jamais désespérer de quiconque, un chemin qui est à bâtir ensemble autour de la dignité et de la solidarité sans lesquelles il n’y a pas d’humanité possible, un chemin qui nous invite à croire en l’avenir, un avenir qui n’est pas, comme nous l’avons écrit dans l’invitation que vous avez reçue « CE QUI VA SE PRODUIRE TOUT AU LONG DE CETTE ANNEE MAIS CE QUE NOUS ALLONS FAIRE ENSEMBLE.  »

Portfolio


Accueil du site | Espace privé | Webmaster | Nous contacter

Site réalisé avec SPIP 1.9.1 + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSEn direct de l’école RSSEvènements   

L'Ensemble Scolaire Edmond Michelet ne saurait être tenu  responsable du contenu des sites extérieurs en lien sur nos pages

AFC